ÉCRITS

COLLATÉRAUX

Au fil de l'écriture, des textes et poèmes seront publiés sur cette page.
Inscrivez vous à la newsletter si vous souhaitez être prévenu par mail.

Ainsi

Son écran fait l’apologie
D’un plaisir facile à court terme
Les couleurs vives du produit
Se reflètent dans sa pupille terne

Les ordres subliminaux, sournois et sans pitié
S’impriment dans son esprit
Au milieu des rayons, loin de l’humanité
Il est à leur merci

Ainsi est son présent
Consumé par les ersatz qu’il consomme
Conçus par l’absence de principes d’une pensée économique
Pas par l’Homme

C’est le chiffre qui décrète l’effet sur la santé,
Le profit qui publie les études officielles
L’acquiescement morose de la science prostituée
Souillée par la noirceur du joug industriel

Ainsi est sa prison
Sa santé qui s’effrite et dégénère
Corps et esprit englués d’un poison
Dont il est dépendant sans que cela soit clair

Maladies civilisées
Le corps qui crie « tu meurs »
A l’homme qui ne sait plus écouter
Et se détruit sans s’alarmer
Car c’est courant donc c’est normal
Discours fatal

Ainsi est son abysse
Celle que tant d’autres subissent
Comme lui, sans comprendre
Elle engloutit son corps vidé,
Drainé des forces du vivant
Comme un véhicule siphonné
Puis rempli d’un faux carburant

Sa routine n’a plus de saveur
En dehors des édulcorants
Passif dans son enfermement
Plus de vraie vie
Ses journées n’ont plus de couleur
Même le ciel l’aigrit.

  • Créé le .

Charlotte Dubost

"On fait de toi un produit
A la merci de quelques-uns
Qui sont esclaves, eux aussi
Mais se persuadent d’être souverains"

Hantée

Manuscrits

Présentation

Navigation

Pages du sites

Abonnez-vous à la newsletter

Partagez !

© 2018-2019 Poésie des rues, Tous droits réservés.