ÉCRITS

COLLATÉRAUX

Au fil de l'écriture, des textes et poèmes seront publiés sur cette page.
Inscrivez vous à la newsletter si vous souhaitez être prévenu par mail.

Averse

Un millier, un million, peut-être bien des centaines de milliards de perles transparentes tombaient du ciel pour rebondir d’un seul mouvement sur la surface de l’eau qui s’étalait à perte de vue.
Deux yeux dans ce spectacle à la beauté bouleversante, au milieu de ce lac déserté par les hommes, tous rentrés se mettre au chaud ou découragés par le mauvais temps. La société d’aujourd’hui était parvenue, à force de confort et d’abrutissement télévisuel, à gommer des esprits les dernières traces de fougues et de folie, héritage légué au monde par ceux qu’on appelait autrefois les « grands hommes ». Eux savaient vivre, eux étaient conscients de la valeur de ses instants presque surnaturels et de la puissance qui peut en jaillir pour venir soulever le cœur d’un homme et l’élever pour lui faire effleurer du doigt le divin. Eux savaient. Et ils étaient prêts à braver le froid, la tempête, l’obscurité pour faire honneur à cette certitude. Grondement de tonnerre. Sous l’eau, l’obscurité du paysage aquatique contraste avec la clarté de la peau. L’eau glisse, parfaite dans son unité et parfaitement insaisissable, semblable aux pensées qui agitent un esprit face à un tel instant. Les mots sont un bien faible écho de ce que peut éprouver un être dont la solitude se mêle à la beauté du déchaînement des éléments qui l’entourent et l’enveloppent. Un éclair déchire le ciel. Tout est limpide. La vraie vie existe toujours.

  • Créé le .

Charlotte Dubost

"On fait de toi un produit
A la merci de quelques-uns
Qui sont esclaves, eux aussi
Mais se persuadent d’être souverains"

Hantée

Manuscrits

Présentation

Navigation

Pages du sites

Abonnez-vous à la newsletter

Partagez !

© 2018-2019 Poésie des rues, Tous droits réservés.