ÉCRITS

COLLATÉRAUX

Au fil de l'écriture, des textes et poèmes seront publiés sur cette page.
Inscrivez vous à la newsletter si vous souhaitez être prévenu par mail.

Branché

Je suis branché
Je n’échappe à aucune tendance
Tu peux parler ami, les débats sont vite clos
J’ai toujours une longueur d’avance
Expert du dernier cri, j’aurais le dernier mot

Je suis branché
Aux appareils que je brandis
Pour soutenir mon apologie
Celle d’une civilisation illuminée par les écrans
Vois, comme notre intellect est grand

Je suis branché
J’ai tout à portée de clavier
L’instantané, l’automatique, le prémâché
Qui me soulagent du moindre effort à faire
Plus besoin de parler, bouger ou réfléchir
La plus grande merveille de notre ère
Intelligence artificielle, c’est le cas de le dire

Artificielle, comme le pouvoir que ces objets nous confèrent
Artificielle, comme cette lumière dont on a fait notre soleil
Artificielle comme mon élévation
Haute technologie, haute définition
Et sombre ironie
D’avoir touché le fond

Je suis branché
Esclave d’un téléphone mobile
Pour moi c’est plutôt l’atrophie
Au sein d’une routine où le sacré s’oublie
Humanité évincée petit à petit

Pris dans la toile de Google
De Microsoft, Amazon, Facebook et les autres
Qui glissent sournoisement leurs puces dans nos chairs
Actionnaires de l’enfer
Déguisés en apôtres

Je suis branché
Assombri
Et j’enchaine les mises à jour
A moins que ce ne soit l’inverse
L’esprit vacillant, en sursis
Sous la noirceur qui s’y déverse

Je suis branché
Je les laisserai implémenter
Le jour de mon obsolescence
Je les laisserai reformater
Où achever enfin ma conscience
Car je suis dépendant, assisté
Sans défense
200 Gigas dans la poche
Mais aucune capacité

Je suis branché
Perdu dans mes applications virtuelles
Comme pour me détourner
De questions bien réelles

Je suis branché
Scotché à un écran tactile
Mes jours faciles
Sonnent vides et faux
Je me demande souvent quel abruti
Ou quel cynique au cœur noirci
A nommé les réseaux sociaux
Je cherche la connexion au mauvais endroit
En carence de contact humain
J’ai froid
Pendant que mon fournisseur d’accès
Se frotte les mains

Je suis branché
Télé-visé, télé-surveillé, télé-chargé
Téléguidé
Je subis le martèlement incessant des écrans
Qui asservissent mon esprit
Et s’approprient mon temps de vie

Je suis sans fil
Peut-être parce que je l’ai perdu
Je suis branché
Ironiquement je me sens à câbler

Je suis sans fil
Mais je reste un pantin
Je suis branché
Pourtant je suis éteint

 

  • Créé le .

Charlotte Dubost

"On fait de toi un produit
A la merci de quelques-uns
Qui sont esclaves, eux aussi
Mais se persuadent d’être souverains"

Hantée

Manuscrits

Présentation

Navigation

Pages du sites

Abonnez-vous à la newsletter

Partagez !

© 2018-2019 Poésie des rues, Tous droits réservés.