ÉCRITS

COLLATÉRAUX

Au fil de l'écriture, des textes et poèmes seront publiés sur cette page.
Inscrivez vous à la newsletter si vous souhaitez être prévenu par mail.

Jolie

Je suis jolie
Un essaim de regards effleure ma démarche
Mes seins, ma taille, mes jambes effilées
Et redessinent les traits de ma silhouette parfaite
Chaque jour, un défilé
Dont je suis l’égérie
L’autre jour on m’a dit que je serais mieux pas refaite
Et j’ai ri

Je m’envisage pas autrement
Je me complais dans un présent
De carnavals quotidiens
C’est parce qu’on plait qu’on est quelqu’un

Je suis comme il faux
Un modèle modelé
Le port de tête d’une souveraine
Que la tendance tient en laisse
Une poupée que regards et bras enlacent
Puis délaissent
Vissée sur un trône de strass
Sans avouer que je m’en lasse
J’erre, happée par mon reflet
Reine au royaume de l’esthétique
ça laisse des tics

Je suis juste comme il faux
Dosée par l’effort
De ceux qui bâtissent l’énorme enclos
Bien loin d’oser parler fort
Je suis les normes, yeux clos

Elle scintille si bien
La parure de chaines
Qui m’habille chaque matin
Délaissant les rayons de l’aube
Pour une lumière de salle de bain
Mascarade longue durée
Alors que le fond déteint
Gommée, retouchée vernie
Inerte dans ma vitrine
Humanité, que des parois de verre nient

J’avance, prête à porter
Ce poids qui me morcelle
Esclave d’un quotidien
Qu’une mort scelle
Prématurée

Car c’est tout ce que j’ai
C’est ce que m’apprennent les regards qui me caressent
Et reviennent insistants
C’est ce que m’ont soufflé les échos des jugements
Qui saturent l’air ambiant
C’est ce que m’ont confié la solitude qui plane,
La carence d’attention, l’amour tombé en panne

Impossible d’exister autrement
Un miroir pour unique réflexion
Plus le temps de panser
Soignée en apparence
Je saigne à l’intérieur

Se profile l’échéance
Sous ces marquages au fer
Subis depuis l’enfance
Prise en traitre par une influence
Trop sournoise pour mon jeune âge
J’ai plongé
On me susurre que je nage
Mais au fond, je sais que je coule
Comme les perles noires qui roulent
Le long de mon joli minois
Je m’y noie
Alors qu’elles s’évanouissent
Dans la nuit d’une vie
Que le vide à fait abysse

La vérité perce ma peau pierre
Fissure mon visage aquarelle
Je suis tendance, glamour, sexy,
Je suis jolie
Mais pas belle

Je ne veux plus de cette chute libre dans le non-sens
Ce soir le Chanel sera coupé à l’essence
Dans mon œil une flamme dure s’est allumée
Et mes lèvres s’étirent
Les artifices sont faits pour bruler
Tombeau sourire

 

  • Créé le .

Charlotte Dubost

"On fait de toi un produit
A la merci de quelques-uns
Qui sont esclaves, eux aussi
Mais se persuadent d’être souverains"

Hantée

Manuscrits

Présentation

Navigation

Pages du sites

Abonnez-vous à la newsletter

Partagez !

© 2018-2019 Poésie des rues, Tous droits réservés.