ÉCRITS

COLLATÉRAUX

Au fil de l'écriture, des textes et poèmes seront publiés sur cette page.
Inscrivez vous à la newsletter si vous souhaitez être prévenu par mail.

Souvent parfois

Nos mains enlacées disent leur bonheur de s’unir
Nos âmes contemplent muettes l’au revoir imminent,
Laissent rouler quelques larmes à travers nos sourires
L’invisible pour l’esprit que seul le cœur ressent
Me noue la gorge parfois, souvent

Cheminement sans fin dans l’étreinte de la brume
À chercher à tâtons l’interrupteur de l’être
Constellant de questions le silence nocturne
Cœur tourné vers le ciel, la justesse pour seul vœu
À scruter les nuages, leur arrachant l’aveu
Qu’une paix harmonieuse sourit au-dessus d’eux

La paix de ceux qui savent que l’on ne possède rien
Que les mains des humains sont vides sans exceptions
Car elles ne sont jamais que remplies d’illusions
Qui, guettées par le vent, s’effondreront demain

Car nul ne peut figer les courants de la vie
Ni interdire aux cœurs leurs transports éthérés
Car l’Amour véritable, pur et infini
Empêche l’égoïsme de les enchaîner

C’est tout ce qu’on a
La force d’une évidence
Le temps d’un face à face éphémère et intense
Parce qu’on a choisi le mouvement de la vie
Plutôt que les clôtures d’un futur garanti
C’est tout ce qu’on a
Parce qu’on a fait le choix d’assumer ce qu’on croit
C’est tout ce qu’on a et c’est déjà tellement
À nous de faire honneur comme il se doit
À l’inestimable présent

À nous de tout faire pour sublimer ces moments
D’y jeter des éclats de rire et de lumière
Et les couleurs des cœurs qui brûlent à découvert
Sans modération, sans stocker pour plus tard
Car plus tard ne nous appartient pas
Maintenant c’est tout ce qu’on a, composons avec ça
Laissons éclore une fugue aux côtés des étoiles
Et que chaque jour de plus soit un bouquet final

Puis lâchons-nous la main au milieu des rafales
Voir l’Amour briller et fleurir
Dans l’acte de laisser partir
En laissant nos destins libres de se recroiser
Je tournerai la page en la laissant cornée

Apprendre humblement de chaque bouleversement
L’invisible pour l’esprit que seul le cœur ressent
Me rend prête à m’ouvrir au grand plongeon en soi
Je défais les nœuds, souvent par foi

  • Créé le .

Charlotte Dubost

"On fait de toi un produit
A la merci de quelques-uns
Qui sont esclaves, eux aussi
Mais se persuadent d’être souverains"

Hantée

Manuscrits

Présentation

Navigation

Pages du sites

Abonnez-vous à la newsletter

Partagez !

© 2018-2019 Poésie des rues, Tous droits réservés.