DEUIL

DEUIL

S’éveillant sur la plaine, caressée par l’aurore
Elle sourit face au monde qui la regarde éclore,
S’offre à lui toute entière, acclame le soleil
Du blanc de ses pétales mouchetés de vermeil

Par sa simple présence elle rend le monde meilleur
Elle fait briller les yeux et enivre les sens
Réjouit les vagabonds, inspire l’esprit rêveur
De ses jeunes couleurs respirant l’innocence

Elle vit un sombre jour son destin vaciller
L’hiver, pris dans sa course, frôla d’un peu trop près
Un corps trop jeune encore pour avoir mérité
Qu’on soufflât sur sa flamme pour l’éteindre à jamais

La sentence du givre s’inscrit sur ses pétales,
Fige sa splendeur tragique d’une parure glaciale
Elle crie sous l’injustice d’une morsure qui l’enserre
Puis, cédant aux fissures, se fond dans la poussière

Ton cœur est lourd ami, cette plaine maintenant déserte
Hurle par son silence comme la vie est fragile
Que l’imposante muraille qui sépare de l’inerte
Le monde des vivants, n’est qu’une paroi d’argile

Ami, relève le front, sois fort en son honneur
Sois fort pour la beauté de cette âme envolée
Sous tes pas germeront d’éclatants champs de fleurs
Que jamais aucune main n’arrivera à faucher

ÉCRITS COLLATÉRAUX


"Ecrits collatéraux" est une section qui sera mise à jour avec des textes qui y seront publiés au fil de l'écriture.

Ame, corps, accord

J'aimerais accorder ma vie. Qu'elle sonne enfin juste. L'accorder sur la note de vrai...

Lire plus

Je suis

Je suis l'intensité du silence, Qui écoute
Lorsqu'au milieu des courants qui t'entraînent...

Lire plus

Manuscrits

Présentation

Navigation

Pages du sites

Abonnez-vous à la newsletter

Partagez !

© 2018-2019 Poésie des rues, Tous droits réservés.